Jobs

Current job opportunities available are listed below. If you are interested in one of the openings, please visit the relevant opportunity and apply for the position.

If you wish to be included in our general register of consultants, without reference to a specific job opportunity please send your CV to cv@proman.lu

Country
Mauritius
Position
Un (une) Coordinateur régional de projet
Expected start
7 February 2022
Duration
working days
Deadline
17 January 2022
Contact
Polly Hodgkins (phodgkins@proman.lu)

Detailed description Back

L’augmentation exponentielle de la production et de la consommation de plastiques au cours des 50 dernières années a généré une pollution dramatique de l’environnement marin dans tous les océans de la planète, dans des proportions telles qu’on la nomme « vortex » ou « septième continent » dans certains d’entre eux comme le Pacifique.

L’origine de la pollution plastique est relativement connue : on estime que plus de 80% de déchets plastiques en mer proviennent de déchets générés à terre, mais elle n’est pas quantifiée de manière précise. Structurer un programme autour des ‘plastiques marins’ revient donc indirectement à étudier et agir sur les consciences, comportements et pratiques des populations, entreprises, administrations, des États riverains.

Aujourd’hui, 8 à 15 millions de tonnes de plastiques sont déversées chaque année dans les océans sans que les conséquences directes de cette pollution sur la biodiversité marine et la chaîne trophique ou indirecte sur la santé des animaux marins et des humains ne soient encore évaluées.

Or, ces millions de tonnes de plastiques déversés représentent un mal « invisible » dans la mesure où la majorité de ces déchets se présente sous forme de micro ou nanoparticules, notamment du fait de la dégradation mécanique résultant de la fragmentation, mais aussi chimique et du rayonnement solaire. Dans les gyres subtropicaux, y compris l’océan Indien, on peut estimer une concentration de 200.000 à 600.000 morceaux de microplastiques par km2.

Les quelque 140 000 tonnes de déchets plastiques produits annuellement dans les îles de la COI pèsent naturellement peu de choses dans la problématique de la pollution plastique marine mondiale ; bien qu’aucune étude régionale ou globale ne mentionne les contributions estimées de pollution plastique marine pour ces pays, la corrélation des statistiques faites à partir des grands pays de la zone permet d’estimer qu’entre 12 et 18% des plastiques produits vont à la mer – soit 25 000 t au maximum. Ce volume reste faible par rapport aux pays du pourtour océanique (près de 3 millions de tonnes estimées pour l’Inde, Indonésie, Pakistan, Bangladesh, Malaisie, Afrique du Sud).

Cependant, il a été démontré que les PEID que sont les îles de la COI (excepté Madagascar) sont plus fortement impactés par les pollutions plastiques que d’autres territoires.

Ainsi, à la problématique globale et régionale de la pollution plastique marine, doivent être associées les caractéristiques spécifiques des îles de la zone, l’importance que revêt pour elles la pollution plastique, mais également les initiatives prises, les dynamiques engagées et celles restant à prendre, le soutien et l’accompagnement ; l’ensemble de ces considérations permettent de mesurer comment le projet ExPLOI pourra impacter concrètement et positivement la situation des îles de l’océan Indien en la matière et comment il pourra être possible de capitaliser sur cette expérience, localement (dans chaque île), régionalement et dans d’autres géographies insulaires ou continentales.

Objectifs du projet:

Le projet ExPLOI vise à lutter contre la pollution plastique en soutenant au niveau régional l’évolution des comportements et l’engagement des parties prenantes, particulièrement les entreprises, dans une dynamique « 3R », grâce à la production de connaissances scientifiques partagées, au déploiement d’action de conscientisation et par le soutien au développement de pratiques et innovations vertueuses en matière de réduction de l’utilisation des plastiques, de l’utilisation de produits alternatifs aux plastiques ou d’un changement de modèle économique autour du plastique.
À cet effet, le programme ExPLOI poursuit la double finalité suivante :

  • Créer les conditions de l’évolution des comportements et des pratiques autour de l’utilisation du plastique ;
  • Accompagner l’émergence de dynamiques alternatives au plastique en encourageant les acteurs économiques à engager une démarche d’économie circulaire.

Pour atteindre ces objectifs, le projet se structure en quatre composantes :

Composante 1 : Développer une base de connaissance partagée sur l’état des pollutions marines et les spécificités du sud-ouest de l’océan Indien en matière de déchets plastiques ;
Composante 2 : Impliquer et responsabiliser les publics cibles ;
Composante 3 : Accompagner et stimuler les initiatives et les projets ;
Composante 4 : Identifier et accompagner les projets de substitution ou de recyclage du plastique.

La maitrise d’ouvrage du projet est assurée par la Commission de l’océan Indien avec quelques partenaires pour la mise en œuvre de certaines activités. Pour la composante 1, composante scientifique, CNRS à travers IRD ainsi que IFREMER a mise à disposition deux scientifiques pour la durée du projet.

Un ingénieur sera mis à disposition par AMVALOR pour assurer la coordination des composantes 3 et 4.

L’ensemble des experts mis à disposition, ferons partie intégrale de l’unité de gestion. L’assistance technique aura la responsabilité de faire la coordination entre les divers acteurs.

Qualifications

Qualifications et compétences:

  • Diplômé(e) d’une école d’ingénieur ou universitaire avec un diplôme d’étude spécialisé (Bac +5ans) en économie de l’environnement ou gestion de déchets ;
  •  Maîtrise du français et de l’anglais (écrit et parlé).

Expérience professionnelle générale:

  • 10 ans d’expérience professionnelle, dont un minimum de 6 ans d’expérience dans un poste à responsabilité et ayant une expertise avérée dans le domaine de gestion des déchets / développement durable, au niveau national ou international ;
  • Expérience significative en économie circulaire.

Expérience professionnelle spécifique

  • 5 ans requis en gestion de projets internationaux en tant que coordinateur(trice) régional de projet ;
  •  Une capacité et une expérience avérée de travail dans des environnements politiques et avec des partenaires étrangers ;
  • Une capacité avérée à mener avec respect des négociations avec des partenaires publics et privées variés ;
  • Une capacité avérée à animer, superviser et travailler au sein d’une équipe pluridisciplinaire et multiculturelle. Des contacts avec les équipes précédemment dirigées ces 6 dernières années devront être fournis ;
  • Une expérience dans le développement de partenariats au niveau régional et international en vue de la mise en oeuvre de projet ;
  •  Une connaissance des défis de l’économie des PEID ;
  •  Une expérience avec le monde de la recherche appliquée ;
  • Une expérience avec les bailleurs de fonds internationaux (AFD, FFEM, autres) serait appréciée.

DUREE DE LA MISSION

La mission est prévue pour une période de 60 mois, à Maurice, correspondant à la durée de mise en œuvre du Projet.